Le vinaigre de cerise

Ce vinaigre est légèrement fruité. Son taux d’acidité est de 6 °.

Il s’intègre parfaitement en cuisine dans la vinaigrette, en déglaçage de viande pour le magret de canard.

Il faut 1 kilo de cerises “éclatées” par la pluie pour obtenir 1/2 l de vinaigre.

Pour en savoir plus sur le vinaigre : cliquez sur les liens ci-dessous

ireLe vinaigre

Le vinaigre a le même type d’effet que la salade parce qu’il abaisse l’indice glycémique (il tempère la hausse du taux de sucre dans le sang), ce qui induit une sensation de satiété dissuadant de trop manger.

D’après une étude japonaise de 2009 publiée dans le  Journal of Agricultural and Food Chemistry, le vinaigre pourrait aussi prévenir le stockage de graisse.

Les souris ayant ingéré de l’acide acétique (principal ingrédient du vinaigre) pendant six semaines en ont accumulé jusqu’à 10% de moins que les sujets témoins.

Combinés ou non, fibre et vinaigre sont deux armes de choix pour dompter votre appétit et brûler les graisses. Essayez d’inclure le vinaigre dans votre alimentation.

 

 

Conserver la cerise :

Evitez les changements brusques de température, vous pouvez les mettre dans une corbeille de fruits au frais, ou dans le bac à légume du réfrigérateur, sortez-les 40 minutes avant de les consommer, pour préserver leurs qualités organoleptiques.

 Elles peuvent se congeler : Elles doivent être lavées et dénoyautées recouvertes d’un sirop de sucre.

 Astuce pour les dénoyauter facilement : faites-les tremper une heure dans une eau glacée.

 L’idéal est de les consommer rapidement pour profiter de toutes leurs qualités gustatives.

Les bonnes cerises doivent être bien mûres et en même temps fraîches avec une belle coloration, une peau lisse et sans rides.

Elles s’apprécient aussi sous diverses formes, en gâteaux, tartes, salades de fruits, ou boisson…

Voici quelques recettes les plus connues : Clafoutis aux Cerises, Crumble aux Cerises, Milliard aux Cerises noires, Flognarde, Sorbet à la Cerise, Soupe glacée de Cerises au Beaujolais, Fondue de fruits au chocolat,etc… 

Consulter : les recettes

 

Description

La Cerise est le fruit du cerisier (arbre de la famille des Rosacées).

L’origine du mot « cerisier » viendrait du mot « kerasos » (cerisier en grec).

La Cerise est un fruit charnu à noyau, appelé « cerièra » en occitan.

 Historique

* Si le nom « Cerise » est originaire du grec, les avis divergent sur l’origine même du cerisier. Originaire du nord-est de la Turquie pour certains, d’autres pensent qu’il viendrait du nord-est de l’Asie où la culture du merisier sauvage (Prunus avium) a débuté au IVème siècle avant J.-C. 

* Au cours du haut Moyen Âge en France, Jean Morelot, de Fontenoy-le-château, rapporte des plants de cerisier d’Asie Mineure. La culture commerciale peut se développer.

* L’optimisation de la culture intensive du cerisier moderne en France est grandement due à Louis XV qui aimait beaucoup ce fruit.

Terroirs et productions

* Le terroir où est situé la ville de Moissac est un lieu très adapté à la production fruitière, aussi bien sur ses coteaux que dans les vallées du Tarn et de la Garonne.  La Région de Moissac est très productrice de cerises.

* Le Syndicat Interprofessionnel de la Cerise Région Moissac (SICREM) a créé la marque « Cerise Région Moissac » afin de valoriser les pratiques locales et d’organiser la commercialisation.

* La production s’élève à 2 500 tonnes par an pour une surface de 250 hectares. Les vergers sont exploités dans 280 fermes familiales.

* La cerise est l’un des premiers fruits rouges de la saison, remarquable par sa couleur et ses qualités nutritionnelles.

Peu d’Exportation & Concurrence étrangère

Si 30 % de la production est commercialisée en grandes surfaces (mais pas dans toutes, seulement dans 73 % de celles-ci), la cerise est par contre largement présente sur les marchés nationaux et peu à l’étranger : 10 % de la production, partent en direction de la Suisse, l’Allemagne, le Bénélux, l’Angleterre et les Pays Bas.

La concurrence européenne dans cette filière est importante, la Turquie restant le plus gros producteur avec ses 240 000 tonnes/an, et, loin derrière, l’Espagne et l’Italie avec 70 000 t/an, la production française se situant autour de 45 000 t/an, 15% seulement étant issus de notre région.

Quant à l’industrie régionale, elle puise dans 2 à 3 % de la production les fruits nécessaires à la transformation (confitures, compotes, coulis, sirop) et se fournit surtout dans les régions du sud-est (Drôme, monts du Lyonnais, Vaucluse, etc..) largement plus productives.

 

Translate »
0
    0
    Votre Panier
    Votre Panier est VideRetourner à la Boutique